La physiothérapie inductive est un concept de kinésithérapie.
Son fondateur, Michaël Nisand, a souhaité lui donner d’emblée une dénomination adaptée à une diffusion internationale1.
Elle doit son originalité à son outil thérapeutique inédit, qui s’adosse à une hypothèse étiologique originale. Il s’agit donc moins d’une méthode de physiothérapie que d’un concept, intégral et novateur.
L’outil thérapeutique, appelé « induction normalisatrice », consiste en une succession de postures adaptées à chaque patient et propres à provoquer des réactions à distance. Ces réactions à distance sont involontaires. Ce sont elles qui vont générer les effets thérapeutiques recherchés.
Les indications de la physiothérapie inductive recouvrent une grande partie de celles de la physiothérapie conventionnelle.
Les praticiens sont des physiothérapeutes diplômés d’État (ou équivalents étrangers) ayant suivi une spécialisation sur trois ans, sanctionnée par un diplôme d’Université.
1 « kinésithérapie » est un terme franco-français ; dans le reste du monde, on parle de « physiothérapie ».

Retour