La posture de rétropulsion céphalique

La posture de rétropulsion céphalique était connue comme outil de réduction de la dépression lordotique lombale. Elle était redoutée pour sa difficulté et sa pénibilité.

Plus récemment, il est apparu qu’elle était aussi un outil remarquable de gestion de la “cyphose thoracique”. La réduction de cette dernière est réputée difficile, voire impossible, dans toutes les méthodes de kinésithérapie. On parle souvent de «zone ingrate». Elle a focalisé tous les regards, toutes les attentions, toutes les énergies, jusqu’à orienter la gymnastique médicale vers l’impasse de la doxa gravitaire.

Que le lecteur ne s’étonne donc pas de ce que cette posture soit ici étudiée sous l’éclairage particulier de la réduction de la «zone ingrate».

Les caractéristiques de cette zone (étendue, latéralisation, modelé) sont dépendantes de la profondeur des dépressions lordotiques sus et sous-jacentes, mais aussi et surtout de leurs directions.
Il ne peut y avoir de réduction de la convexité sans correction de la divergence des concavités. Il est par conséquent indispensable de disposer d’un outil d’aggravation de la divergence des dépressions lordotiques.

Télécharger le document
Télécharger le document