L’examen morphologique

L’examen inaugural est systématiquement morphologique, même lorsque le patient ne consulte pas pour des troubles de la statique [1, 2, 3]. Il est postulé que les déformations acquises sont dues à des dysfonctionnements des centres régulateurs du tonus postural. De ce fait, cet état des lieux des déformations constitue un moyen indirect d’évaluation qualitative des désordres toniques1. En phase thérapeutique, pour obtenir des effets résolutifs pérennes sur les algies, les dysfonctions et les déformations de l’appareil locomoteur, l’aggravation préalable des dysmorphies* apparaît comme un passage obligé pour l’implémentation de l’induction normalisatrice. L’exploitation de l’examen inaugural est donc indispensable afin de sélectionner les dysmorphies susceptibles d’être exploitées. Des examens morphologiques successifs permettent d’évaluer les effets du traitement et de suivre dans le temps l’évolution de ces dérèglements. Au final, l’examen propre à cette kinésithérapie sert à : l’état des lieux initial/intermédiaires/final ; au suivi de l’évolution ; à l’évaluation des effets de l’intervention thérapeutique ; à la sélection de manœuvres pertinentes.

Télécharger le document
Télécharger le document