L’abduction du membre supérieur en rotation médiale

L’abduction, associée à une rotation médiale maximale de l’articulation gléno-humérale, induit l’élargissement de l’hémithorax homolatéral. C’est la réponse évoquée présomptive. L’apparition de cette réponse confère à la manoeuvre un triple intérêt : i) diagnostique : elle est une aide précieuse à l’identification des courbures rachidiennes frontales thoracique et thoraco-lombaire ; ii) pédagogique : elle est irremplaçable pour l’apprentissage de la respiration de travail ; iii) thérapeutique : malgré un bras de levier court, son épuisement peut raisonnablement être attendu.

Cette induction est aussi de nature à induire des réponses évoquées aléatoires. Certaines sont très utiles à l’identification du sens de la tendance déformante du rachis cervical dans le plan frontal. D’autres, du fait du grand bras de levier qu’elles offrent, sont susceptibles de constituer des cibles d’une efficacité thérapeutique remarquable. Même privées de cet adjuvant de réduction (grand bras de levier), certaines réponses proches de l’induction sont aussi, sous certaines conditions, exploitables comme cibles. 

Comparativement à la plupart des autres manoeuvres, la gestuelle du thérapeute est simple. Cette simplicité libère le regard du thérapeute, ce qui rend plus aisé l’objectivation des critères d’efficacité (validité et arrêt).

Télécharger le document
Télécharger le document